L'armée et la police recrutent: voici les profils recherchés


C'est l'une des conséquences de la menace terroriste: l'armée va engager 900 militaires cette année.

Après les attentats terroristes de Paris en novembre dernier, et suite au déploiement de militaires dans les rues, la Défense recrute cette année 200 candidats de plus que prévu. Au total, 900 militaires vont être engagés.

La police lance également une campagne de recrutement importante: rien que pour le plan Canal à Bruxelles, elle va engager quelque 1000 policiers d'ici 2019.

Évidemment, on peut s’imaginer que le climat actuel et les évènements récents conduisent de nombreuses personnes à s'engager dans la police ou l'armée. Pas spécialement d'après l'adjudant-chef Alain Mertens, du centre d'information et de recrutement de la Défense. "Ce qui motive énormément les postulants, les candidats, ce sont les missions. Mais je n'ai pas une recrudescence au niveau des candidatures depuis les évènements", a-t-il constaté au micro de Sébastien de Bock ce matin sur Bel RTL.

Il remarque que c'est toujours le métier en extérieur qui attire de nombreux jeunes candidats: "Ce sont énormément de jeunes qui terminent leur rhéto et qui ont envie de pratiquer un métier ailleurs qu’en permanence derrière un bureau", a-t-il ajouté.

 

De la discipline

À priori, tous les profils sont bons pour s'engager dans l'armée. "Le minimum requis, c'est de posséder au moins le certificat d'enseignement de base et avoir 18 ans", a encore expliqué l'adjudant. Ensuite, la motivation va constituer l'atout principal du candidat. À ce niveau, il y a quand même quelques exigences à remplir: "Il faut être sportif, aimer la discipline, la vie en groupe, les missions de sécurité, les missions d'entraînement à l'étranger..."

Les candidats sont soumis dans un premier temps à des tests, puis ils devront suivre une formation. Cela les mène à un large choix parmi les métiers de la Défense: "l'infanterie par exemple, au niveau des Para-Commandos, mais également au niveau des troupes de transmission, au niveau du domaine médical pour devenir brancardier, ambulancier...", cite notamment Alain Mertens.

Chaque militaire va commencer par une formation de base qui se tiendra à Arlon. Mais avant ça, il faut passer l'étape du recrutement où les postulants sont très nombreux: il faut compter 8 candidats pour une fonction en moyenne. Le métier suscite encore fameusement les vocations.

Source : http://www.rtl.be

Publié le 17-02-2016